Accueil / Agenda / Neuf couches de Rouge - La Tchikoumbi furiosa

Neuf couches de Rouge - La Tchikoumbi furiosa

  • samedi 02 mars 2019

  • IFC de Pointe-Noire

  • Pointe-Noire

Création chorégraphique de DeLaVallet Bidiefono pour une danseuse et un chœur de slameurs.

Samedi 02 mars – IFC de Pointe-Noire

Né à Pointe-Noire où il passe les 20 premières années de sa vie, le chorégraphe DeLaVallet Bidiefono est issu de la communauté Vili, implantée dans le sud côtier du Congo.
Si le rite de la Tchikoumbi a aujourd'hui quasiment disparu, notamment du fait de l'urbanisation et des métissages culturels qui s'opèrent dans les grandes villes, il n'en marque pas moins les mémoires et une certaine conception de la place de la femme dans la société. Rite d'initiation et de préparation au mariage propre aux Vilis, il dépossède les très jeunes filles de leur corps, qui, trois mois durant, sera soumis à des préparatifs tendus vers le don au futur mari, don issu d'arrangements entre le futur époux, sa famille et celle de la jeune fille.

Aujourd'hui, cette dépossession ne va plus de soi, même si elle perdure sous d'autres formes, moins visibles et ritualisées, et fait écho à d'autres formes d'emprise sociale sur le corps des femmes. La communauté des femmes, de par le monde, se rebelle, se cabre, résiste à ces pressions, ces injonctions multiformes à la conformité. Partant de cet héritage, de sa réprobation contemporaine en dialogue avec toutes les formes modernes de refus de ces assignations et dominations, le chorégraphe et la danseuse feront parler le corps d'une femme au nom de toutes.
La danseuse évoluera dans un choeur d'hommes, slameurs du collectif Styl'Oblique en l'occurrence, à l'image d'une tragédie antique, dans un jeu de répons entre le personnage et la communauté.

Suite à son passage remarqué à Pointe-Noire fin 2016, lors de la création produite par l’IFC de Pointe-Noire, « Résistances », l’idée a fait son chemin de mener à bien cette nouvelle création au Congo. Après une première semaine de recherche chorégraphique à l’IFC de Brazzaville, DeLaVallet Bidiefono poursuivra le travail à Pointe-Noire, avec un chœur de slameurs issus du collectif Styl’Oblique. C’est une chance extraordinaire pour notre ville d’accueillir à nouveau cet immense chorégraphe, né et grandi à Pointe-Noire, et désormais l’un des plus emblématique représentant de la danse en France, où il vit et rencontre un immense succès avec sa dernière création « Monstres – on ne danse pas pour rien ».

Avec Vesna Mbelani (danse), Auguste, Ariane 04, Jordan, Mascara et Gilles Douta (slam).
IFC – salle Tchicaya U Tam’si // 19h00
Entrée 3000 F / Gratuit adhérents