Accueil / Actualités / Alexandra Guenin, portrait d’une comédienne

Alexandra Guenin, portrait d’une comédienne

VAC rencontre aujourd'hui Alexandra Guenin, comédienne et actrice importante de la scène culturelle à Pointe Noire. Si vous la connaissez déjà à travers "Théâtre à la carte", vous n'avez peut-être pas encore découvert tous les projets qu'elle mène avec une incroyable énergie.

Mais avant, petit retour sur son parcours dans lequel le théâtre a toujours été omniprésent.

Née en Guyane dans le milieu de la coopération, sa vie est rythmée par de nombreux mouvements: au Tchad à 7 ans, où elle participe déjà à des cours de théâtre, Madagascar, et Pointe Noire en 1999. Alexandra est lycéenne, et sa passion pour le théâtre ne cesse de croitre. Elle intègre la troupe de théâtre du lycée Charlemagne, dirigée par Stéphane Michelet. Mais il faut à nouveau partir, cette fois en France, pour accomplir un parcours qui n'est pas choisi, mais qui rassure des parents inquiets pour l'avenir de leur fille.

Ce passage en France ne l'a pas empêchée de nourrir sa passion. Elle mène des ateliers dans différents centres de loisirs et colonies de vacances , pour lesquels elle écrit et met en scène ses propres spectacles pour les enfants.

Sa formation achevée, Alexandra revient à Pointe Noire ou elle intègre la troupe de Georges M'Boussi qui propose des ateliers à l'IFC (Institut Français du Congo): elle réalise alors que le théâtre ne peut plus être un loisir, il s'impose à elle, et va devenir son métier-passion.

Nait en 2016 Théâtre à la carte!

Le concept est un théâtre ambulant, qui se produit dans des lieux aussi variés qu'insolites: des restaurants, des bars, chez des particuliers... Au départ ce sont des spectacles existants qu'elle remanie, mais très vite elle écrit et met en scène ses propres projets.

Parallèlement, elle crée un castelet de guignols: MOKUNZI PETIT SELENGUE, comprenez "président et le porteur de valises", ou gentille revendication politique. Les spectacles s'adressent aux enfants, mais les adultes apprécient la double lecture, critique et comique.

En 2017 elle met en place des cours de théâtre pour les adultes et les enfants, qui sont aujourd'hui dispensés à l'Elais, à partir de 4 ans.

Au même moment, elle participe toujours aux ateliers de l'IFC, cette fois dirigé par Pierre Claver Mabiala, qui lui permettent de s'épanouir dans ce qui la fait vibrer avant tout, le jeu d'acteur. Vous avez pu la voir dans: "Souriez, vous êtes filmés", en 2018, "Cendrillon".

Et c'est 2019, lorsqu'elle participe au festival des langues françaises, où elle joue dans Hamlet (un projet initié par Fabienne Bidou en lien avec David Bobee, directeur du centre dramatique national de Normandie-Rouen), que le théâtre va prendre toute la dimension qu'elle attendait.

Ce sera le point d'ancrage qui va nourrir la motivation qu'elle met aujourd'hui dans tous ses projets à Pointe Noire. Cette expérience aura été l'occasion de rencontres, notamment avec David Bobee, qui devient le moteur d'échanges entre la scène congolaise et française, et insuffle une nouvelle dynamique pour promouvoir le théâtre à Pointe Noire comme à Brazzaville. Avec lui se crée la Biofamily qui comptent 17 artistes en majorité comédiens mais aussi danseurs.

Aujourd'hui les spectacles se multiplient, et se diversifient. On pense à "Fenêtre sur l'existence", récemment produit, ou "Kintombo Audrey, Le transporteur", deux spectacles contemporains qui mêlent performance, danse, théâtre, chant, slam... Ils ouvrent ainsi des champs culturels à un public en demande de nouveauté et de diversité.

Kintombo Audrey, Le transporteur

Pour participer à ce développement, Alexandra a pour projet de créer un lieu où se produire, qui permettrait de promouvoir le théâtre de façon pérenne. Vous l'avez peut-être découvert lors des dernières représentations: un espace non sans charme mais qui mériterait une rénovation qui nous l'espérons pourra se concrétiser.

C'est donc une expérience riche que nous livre Alexandra qui profite à la fois à la scène culturelle congolaise, mais aussi à des comédiens passionnés.

Si toutes ces nouvelles collaborations lui permettent d'avancer et de croire en ses projets, de nouveaux partenariats permettraient évidemment de donner une ampleur supérieure. Elle doit bien souvent assumer les nombreux rôles qui font un spectacle (au delà de celui de comédienne): metteur en scène, costumier, créateur de bande son...

Soutenir l'initiative, c'est notamment se montrer curieux, et se joindre au public pour apprécier son travail... Et vous en avez l'occasion dès ce week-end avec la production de "l'Odyssée pour une tasse de thé", à l'hôtel L'Elais, qui a déjà connu un franc succès en juin 2019.

crédit photo: Cham Chamayou