Accueil / Actualités / Hommage au photographe congolais Maurice Pellosh

Hommage au photographe congolais Maurice Pellosh

À Paris, du lundi 31 mai au dimanche 6 juin 2021, une première exposition rend hommage à Maurice Pellosh, photographe congolais. L'occasion pour l'équipe VAC de vous faire découvrir ou re-découvrir cet artiste congolais.

Maurice Pellosh

Maurice Bidilou est né au Congo–Brazza à Bouansa (entre Brazzaville et Pointe-Noire) le 15 août 1951 dans une famille d’agriculteurs.
Dès le collège, il est surnommé ‘’Pellosh’’, un nom prédestiné, qui l’accompagne toute sa vie.
A 17 ans, il rejoint son frère à Pointe-Noire et après avoir exercé divers petits boulots, en suivant les conseils de son oncle qui finance son apprentissage, Maurice devient élève-photographe (tirage noir et blanc et portraitiste) au Studio ‘’Jeanot Père’’ dès janvier 1971 pour 20 mois.

Contre une dame-jeanne de vin, d’un poulet, d’un régime de bananes et de 20 000 francs CFA, il apprend les clés du métier et développe ce qui deviendra sa véritable passion.

En 1973, il commande en France son premier boitier un 6x6 Yashica et devient photographe ambulant dans le Mayombé. De village en village, des mois durant, il propose ses services et la nuit, dans la case du chef, il développe ses films et tire les portraits à l’aide de sa lampe à pétrole ‘’Luciole’’ et de son châssis.

En moins d’un an, il économise suffisamment pour ouvrir un studio à Pointe-Noire. Le 17 décembre 1973, le Studio ‘’Pellosh’’ ouvre à la Cité, non loin du grand marché et de la grande mosquée, en face de chez FOFO ‘’Ambiance Bar’’, bar en vogue et très fréquenté.

Son studio devient très vite un lieu réputé où les familles et les sapeurs vont ‘’se faire tirer le portrait’’. Dès que jeunes et moins jeunes possèdent quelques attributs de réussite et de richesse, ils immortalisent leur ‘’vantardise’’. Ce sont, en lingala, des ‘’moto yaminéné’’ Maurice Pellosh, devient rapidement un photographe très sollicité, toujours présent, bardé de son appareil dans les dancings, bars et concerts en plein air. Pellosh saisit l'ambiance de la société congolaise après l'indépendance (Colonisation de 1875 à1960), une période gaie et empreinte d’espérance.

Après des années de succès, son activité baisse progressivement pour devenir aujourd’hui dérisoire. Dès 1990, il arrête les photos N et B, les produits étant devenus introuvables au Congo.
Maurice ferme son studio en 2016 pour des raisons économiques (apogée du numérique) ; celui-ci est remplacé par un coiffeur… Depuis, Il vit dans le quartier M’Paka 120 toujours à Pointe-Noire, entouré de ses appareils devenus obsolètes, d’éléments de décor de son ancien studio et de dizaines de boites de négatifs, pour certaines rongées par les termites.

Exposition Flash B(lack) du Congo

L'exposition Flash B(lack) du Congo se tiendra du Lundi 31 mai 2021 au Dimanche 6 juin 2021 Espace Beaurepaire - Paris X. Les photographies exposées sont des clichés pris entre 1971 et 1980, en ‘’brousse’’ et dans les villages du massif du Mayombé puis en studio et en extérieur à Pointe-Noire.

Elles sont le reflet d’une époque joyeuse, empreinte d’espérance et de gaieté, en cette période bouillonnante de l’indépendance acquise.. Le style des photos de studio ou de dancing est typique des années 70 et met en valeur la ‘’Sapologie’’ mouvement qui connaît un essor entre 1970 et 1980 dans les 2 congos.

La naissance de ce projet

C’est fin 2019, qu’Emmanuèle Béthery, croise pour la première fois la route de Pellosh à Pointe Noire et est immédiatement conquise par sa personnalité et les photos jaunies et dentelées qu’il lui présente comme autant de témoins fragiles et émouvants d’une époque joyeuse et révolue. Elle revient rapidement au Congo, munie d’un négatoscope et exhume en compagnie de Pellosh, dans la moiteur d’une énième saison des pluies, des montagnes de boîtes Kodak rongées par l’humidité, contenant des milliers de négatifs 6x6 : surgissent alors du passé des cohortes de visages, jeunes et moins jeunes, des regards d’amoureux, des visions incroyablesde sapeurs... Persuadée d’avoir réveillé du passé des pépites artistiques et historiques, Emmanuèle Béthery rentre à Paris et commence alors pour cette « dénicheuse de talents », tel qu’elle aime à se définir, un long travail de restauration, d’archivage et de sauvegarde des négatifs retrouvés dans le studio, parfois grignotés par les termites et souris et soumis aux rigueurs du climat tropical depuis plus de 40 ans.

Cette exposition est le fruit de ce travail d’envergure et un formidable hommage rendu à Pellosh et à son talent !

Une exposition de Maurice "Pellosh" à l’IFC de Pointe Noire était programmée en Octobre dernier . Pour des raisons sanitaires, elle a été annulée, et probablement repoussée à Octobre prochain. Nous vous tiendrons au courant de la tenue de cette exposition!

Exposition : Flash B(lack) du Congo
Espace Beaurepaire - 28, Rue Beaurepaire, 75010 Paris

Source: Commissariat d'exposition et presse Emmanuelle Béthery.