Accueil / Actualités / Le Congo se mobilise pour la planète!

Le Congo se mobilise pour la planète!

L'équipe VAC a eu l'occasion d'interviewer Kabou, une jeune congolaise qui a fondé le studio de création SANKOW et qui est à l'initiative du projet JAV "Je Vais Agir" pour la planète.

Kabou organise une grande conférence le samedi 26 octobre à la chambre de commerce de Pointe-Noire ou elle espère sensibiliser un maximum de personnes et d'entreprises à la nécessité de mener des actions pour protéger et valoriser l'environnement Congolais.

Pouvez vous présenter votre projet?

JVA pour « Je vais Agir », est un appel au rassemblement. Nous proposons à des associations, des entreprises, des individus, et vous tous, citoyens congolais de sol ou de cœur de nous réunir autour d’une lutte commune: la protection et la valorisation de notre environnement.

Quelle est l'origine de cette initiative?

Tout a commencé autour de posts sur les réseaux sociaux ; je postais des images du début des rassemblements qui ont eu lieu pendant la semaine pour le Climat en septembre dernier. Des jeunes, en grande partie, ont interpellé des gouvernements autour d’engagements pris mais non réalisés. Ils nous ont lancé à tous un appel.  En regardant le site du mouvement (Global Climate Strike) on a vite vu, un ami et moi, qu’il n’y avait rien d’organisé ou de prévu au Congo-Brazzaville. 

On s’est posé une question assez simple : et nous, qu’est ce qu’on fait ? 

Rien n’était organisé à un moment où cela avait tout son sens. Alors on a réfléchi à une action à mener, JVA est née.


Quels sont les objectifs?

JVA existe à travers cette exposition pour l’instant, mais continuera d’exister  au travers d’activités et d’actions que nous voulons organiser par la suite.

Nous avons 3 objectifs.

Le premier est de répertorier et rassembler toutes ces initiatives, au même endroit. Ici nous avons une contrainte de temps pour l’exposition, mais sur les réseaux sociaux, on peut tout à fait envisager une continuité de cet inventaire.

Le deuxième est d’informer. Nous avons tous beaucoup de choses à gérer au quotidien, et dès qu’on parle d’environnement, de lutte pour le Climat, on vous regarde souvent avec un sourire en coin en vous disant «  c’est bien, mais on a d’autres problèmes et c’est compliqué ».

Le fait est que tout comme nous n’avons qu’une seule vie, il n’y a qu’un seul Congo-Brazzaville. C’est un pays magnifique, riche par ses hommes et ses ressources; là-dessus, nous serons tous d’accord. Ces ressources, nous les exploitons tantôt mal, tantôt trop, ou alors nous ne les valorisons pas assez, voire pas du tout. Mais des associations, des entreprises, des gens comme vous et nous travaillent avec ces paramètres en tête. La lutte pour le Climat n’est pas nécessairement leur message principal, et pourtant ils apportent tous une pierre à l’édifice. 

Nous informons et encourageons, sans donner de leçons, en espérant pourquoi pas donner envie à ceux que cette problématique n’intéresse pas forcément d’y jeter un coup d’oeil, de la voir sous un autre angle, et pourquoi pas d’adhérer à notre message. 

Le troisième est d’inspirer en donnant des exemples précis. L’entreprenariat est développé au Congo, les jeunes ont des idées. Parce que nous devons investir, participer au développement économique de notre pays, nous ne pouvons pas nous permettre d’oublier que notre environnement est en danger. Ces initiatives peuvent également inspirer et aiguiller ceux qui voudraient se lancer. On veut aussi faire tomber des idées reçues que l’on peut avoir sur ceux qui s’investissent pour l’environnement, et la façon dont ils le font. 


Pouvez vous nous citer des initiatives prises par des entreprises locales pour l'environnement ? 

Promouvoir la diffusion du lait de soja, riche en protéines végétales auprès de nos populations ou les bienfaits d’un régime alimentaire végétarien; proposer des techniques alternatives de pousse de légumes ; fabriquer localement des savons à base d’aloe vera ou de moringa; faire découvrir et proposer à la consommation des plantes locales ou des tisanes pour la lutte contre le paludisme; utiliser les déchets des industries pétrolières pour faire de l’engrais; mettre en avant l’importance de nos espaces publics et leur protection en organisant des actions comme le nettoyage de nos plages; faire découvrir des paysages et lieux près de nous, pour se dépayser sans dépasser nos frontières: ce sont autant d’initiatives qui devraient bénéficier de plus de visibilité et d’intérêt de la part du plus grand nombre. 

D’après vous, quels sont les principaux combats à mener pour protéger l'environnement au Congo ? 

L’Information est pour nous primordiale. On sait qu’on doit le protéger, mais pourquoi ? et surtout comment ? 

Bien sûr en première ligne il y a les associations qui luttent pour la protection des animaux, de notre écosystème. A leurs côtés, d’autres, comme nous montrent des projet qui tendent à le valoriser. Nous travaillons avec une équipe d’artisans autour du bois et des matériaux recyclés utilisés pour faire du bronze. C’est une manière différente de lutter pour l’environnement : nous l’exploitons, mais pas en excès et voulons mettre en valeur les savoir-faire très souvent méconnus des artisans locaux. Le Congo est un pays à découvrir, redécouvrir, que l’on soit congolais ou non. C’est notre espace de vie, notre mer, notre fleuve, nos forêts, nos rues. Le meilleur ambassadeur d’un pays est celui qui peut en parler, peut vendre ses spécificités. Finalement, c'est ce que font ces entreprises, elles font découvrir et éduquent. L’autre aspect important est l’action. On peut parler, donner de l’information, mais rien de mieux que de montrer ce dont on parle, donner des exemples et inviter les autres à faire pareil, parce que finalement si on le fait, pourquoi pas vous ? 

Pensez-vous que les lecteurs de VAC peuvent contribuer d’une manière ou d’un autre à votre projet ? 

Si vous avez vous-même des initiatives qui vont dans ce sens, venez les partagez avec nous. L’union fait la force. Nous vous encourageons à aller découvrir toutes ces initiatives, à les encourager, à acheter ces produits, à participer à ces activités. Allez à la découverte de notre pays, de notre environnement. Tout est question d’implication. Et bien sûr, on vous attend à la Chambre de commerce ce samedi 26 octobre, puis sur notre page facebook dédiée pour continuer à agir ENSEMBLE !