musique-et-danseLa musique et la danse  La musique congolaise est celle qui s'est le plus propagée dans toute l'Afrique, sous de multiples dénominations: jazz congolais, Congo Music, rumba ou soukouss, musique de danse qui mêle les formes occidentales (rock, etc.) et les rythmes antillais. En marge du soukouss, un musicien comme N'Zongo Soul renoue avec le walla, un des rythmes traditionnels du peuple kongo. 

 

Danses et musiques traditionnelles

danses-et-musiques-traditionnellesdanses-et-musiques-traditionnelles2
La musique comme la danse au Congo sont  omniprésentes, métissées, communautaires, sacrées ou festives. La naissance, les funérailles se célèbrent en musique et en dansant. Chaque région possède sa propre danse (ex la danse sur échasses du Niari). Mais l’on distingue deux grandes influences : la danse traditionnelle kongo (pirouette physique  du bassin et bas du corps) et la danse m’bochis (mouvements des épaules et haut du corps) tandis que les danses téké allient les deux. 

Le Ballet national du Congo puise dans la tradition des tableaux dansés.
Les nouvelles générations de danseurs et chorégraphes ont à cœur de mettre en avant les danses traditionnelles si révélatrices de la vie au Congo. Nous pouvons prendre en exemple la troupe du ballet Thierry ancien danseur de Monana (troupe tendance avant le conflit de1997) qui a gagné le prix RFI en 2001.

Danses et musiques urbaines

jazz-basangoLe colonialisme a joué un rôle essentiel dans le développement des danses et musiques urbaines. Dans les années 1920 des petits groupes locaux animent les soirées des colons. Ils jouent sur de nouveaux instruments inconnus jusqu’alors des congolais. C’est la naissance de nouveaux sons et rythmes, le métissage des tam tam traditionnels et des  trompettes européennes. L’émergence de groupes musicaux et du dancing où ils se produisent marque le début de la musique populaire congolaise

La reine des danses : la rumba

L’ambassadrice du groove made in Congo. Sensuelle, vénérée elle anime les nuits endiablées congolaises. La rumba cubaine a puisé ses origines dans les danses pratiquées par les esclaves noirs déportés à Cuba. Sa sensualité se serait inspirée des danses de la fécondité. Dansée jusque dans les années 80 celle-ci a pris de nouvelles nuances avec le soukouss ou ndombolo.

Artistes d’hier et d’aujourd’hui et des 2 Congos

bantous-de-la-capitale1bantous-de-la-capitale2Les Bantous de la Capitale

Il y a bientôt 55 ans naissait (15 Août 1959) au Bar-dancing «Chez Faignond» à Brazzaville, l’un des orchestres les plus prestigieux d’Afrique: "Les Bantous de la capitale". Très vite, l’orchestre va être la fierté et le porte étendard, pendant plusieurs années, de la musique congolaise à travers l’Afrique et dans le monde.
Au fil des ans, Les Bantous vont apparaître comme l’une des fondations les plus sûres de la musique congolaise dans les deux Congo et va s’imposer comme une véritable «école» de la musique d’où sont sortis de grands noms de la musique congolaise, en marge du fait d’avoir réussi à exporter son genre typique, tradi-moderne et ses danses: «Boucher», «Kiri kiri», «Yeke yeke» et «Soukous».

Papa Wemba 

Ce chanteur né en 1949 au Congo Kinshasa est une star au Congo Brazzaville et un véritable phénomène en Afrique et dans le monde. Sa formation Zaïko Langa Langa devient très vite, dans les années 70, la figure de proue d'une génération de jeunes zaïrois qui trouve la rumba traditionnelle un peu trop lente et un peu désuète. Ils remplacent les instruments à vent par une batterie, et électrisent une musique qui avait besoin de renouvellement. Le succès est immédiat. Très vite, Papa Wemba devient une vedette et domine son groupe.

Connu au japon où il a enregistré, travaillant en Angleterre avec Peter Gabriel, Papa Wemba est aussi connu en Europe comme le prince, le "pape" de la SAPE, la Société des Ambianceurs et des Personnes Élégantes. 

Passi 

Le chanteur né en 1972 a grandi à Brazzaville avant d’arriver en France en 1979. Il grandit à Sarcelles, en région parisienne, où il s'initiera au rap et au funk. Passi fonde aux débuts des années 1990 Ministère Amer avec son complice de toujours Stomy Bugsy

Il concrétise son projet de réunir les rappers originaires du Congo pour un album mêlant pour la première fois rap et musique africaine.
Véritable All Stars du rap français, Bisso Na Bisso réunit Passi, M'Passi (Melgroove), Ben-J (Neg'Marrons), Mystik, Calbo (Ärsenik), Lino (Ärsenik), G-Kill (2 Bal) et D.O.C. (2 Bal). En 1999, Bisso Na Bisso sort enfin son premier album : Racines... On y retrouve, entre autres, Tanya St Val, Koffi Olomide, Ismaël Lo, Jacob Desvarieux (Kassav), Papa Wemba, Diego Paelez... Bref à peu près tout ce que l'Afrique et les Antilles possèdent comme stars. Le projet, réunissant pour la première fois dans l'histoire du rap français plusieurs générations, est un gros succès commercial (plus de 150.000 albums vendus). 
Depuis, Passy a entamé une carrière en solo, fait un duo avec Calogero, eu des déboires judiciaires et a été membre du jury de la Star Academy.

http://www.rfimusique.com/artiste/musiques-monde/papa-wemba/biographie ; http://www.afrik.com/musik/congo/pays/14

 

Back to top