le roi IlooLa pénétration française débute vers 1875 avec Pierre Savorgnan de Brazza qui atteint le Congo en 1879 en remontant le cours de l'Ogoué. En 1880, il fait signer un traité de souveraineté à Ilôo Ier, l’Onkoo des Tio traduit à tort en Makoko par les étrangers à Mbé (100 km au Nord de Brazzaville), et fonde le poste de Mfoa, en référence à une rivière qui dessert la ville, et qui deviendra plus tard Brazzaville.

Dans le même temps, le lieutenant de vaisseau Cordier explore la région du Kouilou et du Niari, et fait signer au Ma-Loango (1), chef principal des Vilis, un traité qui reconnaît la souveraineté de la France sur le royaume de Loango, et fonde à son tour Pointe-Noire en 1883. 

L’expérience de de Brazza (commissaire général), qui doit faire face à un territoire sous-peuplé, des structures sociales et commerciales bouleversées par la violence de la pénétration étrangère et un manque de moyens criants, est un échec. Il est remercié en Janvier 1898 et laisse la place à l’exploitation des ressources par des sociétés concessionnaires qui, comme il l’avait prédit deviendra la source des pires excès vis-à-vis de la population locale. Dans un pré-rapport qu'il adresse au ministre le 21 août, Brazza s'alarme : "Au cours de mon voyage, j'ai acquis le sentiment très net que le Département n'a pas été tenu au courant de la situation réelle dans laquelle se trouvent les populations indigènes." À un ami, quelques jours plus tard, il écrit : "J'ai trouvé dans l'Oubangui-Chari une situation impossible. C'est la continuation pure et simple de la destruction des populations sous forme de réquisitions [...]. Nous n'avons plus rien à envier aux Belges en matière de moyens employés pour recevoir l'impôt du caoutchouc." "Le système en vigueur, poursuit-il, est susceptible de nous aliéner l'esprit de la population."

De Brazza n’aura pas l’occasion de le redire, il meurt de dysenterie en 1905. 20 ans plus Tard, André Gide et Albert Londres dénonceront les mêmes abus.


(1) Le roi est appelé ma-Loango,qui signifie mani du Loango, ou Moe, qui est la prononciation de Mwene  le titre royal ou de gouverneur Kongo. 

Pour aller plus loin, lire l’article sur Jeuneafrique.comHistoire | Colonialisme au Congo : le brûlot de Pierre Savorgnan de Brazza enfin publié 

 

Back to top