van-andreaPar Raspou 

Basango, centre culturel abrité dans une ruelle du quartier Plateau de Pointe Noire, est l'hôte jusqu'au 15 janvier 2015 de l'exposition du jeune artiste  plasticien Van Andréa.

Entre le Passé et le Présent, il y a l'art...

En cours de formation à l'école nationale des beaux-arts de Brazzaville, Van Andréa participe depuis 2012 aux Ateliers Sahm, fondés par la Plasticienne Bill Kouélany.

Cette plate-forme culturelle a pour objectif de pousser les artistes vers un idéal artistique qui n'existe nulle part ailleurs, en faisant d'eux des créateurs uniques, à leur image propre. « Pas d'influences, seulement des rencontres et des échanges, qui nourrissent l'esprit de l'artiste » explique Van Andréa.

Des Ateliers Sahm, naît une élite artistique au Congo, en quête tant de perfection technique que de liberté créative, à l'encontre totale de l'école de Poto-Poto. « Préparez-vous à une révolution », annonce Bill Kouélany, aux jeunes qui viennent aux Ateliers. Dans un climat d'échanges entre artistes, elle ne se positionne pas en maître, qui enseignerait à ses disciples, mais accompagne simplement la création artistique,  propulsant les jeunes vers quelque chose de nouveau et d'inédit, en les renvoyant face à eux-mêmes, à leur originalité propre.

Confronté à son propre reflet dans le miroir, l'artiste apprend à exorciser ce qu'il porte en lui, pour en faire quelque chose qu'il jugera bon, et l'excellence technique n'est pas en marge de ce processus.

Une œuvre originale et belle, dans le sens inversé de la beauté où elle serait l'expression directe de ce que l'artiste porte en lui, et dans laquelle il se reconnaît lui-même, avant de l'offrir au monde. Qu'importe alors, si le public plébiscite ou pas le travail issu d'une telle démarche, l'objectif étant la seule satisfaction de l'auteur sur son œuvre.

Ancien boxer, Van Andréa met en scène dans « Coup de la Vie » non pas la violence du sport, mais la force de la lutte. Des Personnages Ordinaires, ainsi révélés de manière extraordinaire. L'esprit de Van Andréa se nourrit de rencontres, tout en revendiquant son indépendance, gage de son originalité. C'est de la sape du Bacongo où il a grandi, qu'il s'inspire pour créer la série  « Aspect Sapologique ».

Toujours à son image, « les jeunes émancipés »,  libérés des contraintes et des influences,  se présentent au public, comme des êtres nouveaux, à l'aube d'une maturité nouvelle et créative.

De son travail ressort une force surprenante, venant d'un jeune artiste de 22 ans. 

Le présent toujours, nourri du passé, mais quid du futur ?

« L'esprit des Ateliers Sahm est éternel » confesse Van Andréa.  Le futur c'est ce travail de construction qui est réalisé aux Ateliers. Construction d'une œuvre, évolution d'un artiste, qui apporte sa pierre à l'édifice de l'art contemporain. Et c'est cette création nouvelle qui est laissée à la postérité, qu'importe ce qu'elle en fait.

 

Back to top